666

Auteur : Jérémy Wulc

Éditeur : Editions Pygmalion

Date de parution : Avril 2022

Nombre de pages : 384

EAN :  9782080270153

Où puis-je trouver ce livre ? : Amazon ; Cultura ; Bookeenstore ; Kobo

Résumé

Flic expérimenté, Stanislas Diamick a quasiment tout vu au cours de sa carrière. Alors, sa nouvelle scène de crime sur le parvis du Louvre ne l’inquiète pas. Les symboles étranges dont l’assassin a couvert le corps, non plus. Cela l’intrigue, tout au plus. L’absence de tout indice, en revanche, c’est une autre histoire et notre lieutenant s’apprête à passer une très longue et éreintante nuit. Mais quand une seconde victime est retrouvée dès le lendemain place du Palais-Royal avec les mêmes inscriptions, Stanislas commence à craindre d’avoir mis un pied en enfer…

Ce que j’en pense

Je voulais, dans un premier temps, remercier madame Slavka Miklusova et les éditions Pygmalion, pour leur confiance et pour m’avoir permis de découvrir le roman 666 de Jérémy Wulc et de remercier ce dernier personnellement pour la petite dédicace.

L’histoire commence lorsque le corps d’une touriste est retrouvée dans la fontaine du Louvre. Le lieutenant Diamick et son collègue Khalid Harouche vont être en charge de l’enquête. Le plus étonnant, c’est que le corps de la jeune femme est scarifié de partout. Sur son corps apparaît des symboles sataniques et maçonniques. Bon s’il n’y avait que ça, l’enquête serait menée normalement mais cette jeune victime est la fille d’un diplomate japonais. Vous voyez le problème ! Donc la pression est énorme pour les deux flics car les plus hautes instances de la République leurs demandent de résoudre cette affaire rapidement et bien sûr, ils n’ont aucuns indices.

Mais tout thriller doit avoir son nombre de victimes, donc celles-ci s’enchaînent comme Jason Voohrees enchaîne les meurtres dans les Vendredi 13. Pourquoi cette référence à la Pop culture ? Parce que l’auteur en fait lui-même également et son histoire est traitée avec beaucoup d’humour malgré une enquête macabre.

Les personnages sont vraiment très bien construits : Diamick, l’archétype du flic en fin de carrière (pourtant il a dans la quarantaine si je ne me trompe pas), en instance de divorce, il campe toutes les nuits devant le domicile de son ex pour apercevoir ne serait-ce que 5 minutes ses enfants, il mange comme un goret (il peut s’enfiler 3/4 kébab dans la journée + des litres et des litres de soda), oui dit comme ça, notre estomac se retourne et pourtant il est svelte. Khalid, le pauvre, accident dès le début du livre, ça sera notre bon vieux Lincoln Rhyme de Bone Collector. De ce fait, Diamick va recruter la jeune Justine, jeune policière. C’est son personnage qui m’a fait le plus mal. J’ajoute également que l’auteur va beaucoup jouer sur les stéréotypes et s’en amuser.

Les grands lecteurs de thriller diront que c’est encore la même histoire, avec les mêmes types de personnages. Oui certes, mais Jérémy Wulc se sert de ces stéréotypes pour les tourner en dérision et c’est que j’ai trouvé brillant dans ce roman.

L’enquête va donc tourner autour des Francs-Maçons et du satanisme. Je considère ce livre un peu comme un Da Vinci Code à la Française. Excusez-moi pour cette référence (même si j’adore la saga Langdon), mais l’auteur nous fait voyager dans tout Paris et nous révèle des choses sur certains monuments que je ne connaissais pas. Mais là où s’arrête la comparaison, c’est que Dan Brown se prend très au sérieux alors que Jérémy Wulc nous livre un thriller divertissant. D’ailleurs, j’ai vécu cette lecture comme si c’était un film. D’ailleurs monsieur Wulc, si vous faites adapter le livre, j’ai déjà votre casting en tête.

Trêve de plaisanteries. Le livre est vraiment agréable à lire, le suspense est rondement bien mené, on rit, on a parfois quelques moments de frissons, on tourne les pages très rapidement. Bref, c’est un très bon roman.

Je ne connais pas le précédent roman de Jérémy Wulc, qui s’intitule : Les loups- garous d’Argentine. Mais si vous avez aimé son précédent roman, qui je crois à eu une très bonne critique presse et et aussi auprès des blogueurs, vous ne pouvais qu’adorer celui-ci et je vous le recommande vraiment pour quelques frissons à la plage cet été. Mais achetez le maintenant quand même !

On continue l’aventure !

Section littéraire

Résumé : Lorsque son professeur de l’École du Louvre décède, Yvan se retrouve légataire d’un secret prodigieux : le vieil homme était sur le point de déchiffrer un code menant à l’un des trésors les mieux gardés du règne de François Ier. Yvan n’a alors de cesse de résoudre l’énigme. Une jeune étudiante entre dans son jeu, et le duo se lance avec une énergie farouche dans le décryptage des messages codés que recèlent les châteaux, statuaires et monuments édifiés par les architectes de l’époque. Puis ils explorent des itinéraires dont la cartographie occulte et étonnamment précise de la Renaissance a fixé le tracé. Tout à leur quête, les deux jeunes gens sont inconscients du danger qui les guette, tandis qu’un homme épie leurs moindres faits et gestes sous les ordres d’un mystérieux commanditaire. La recherche érudite et la résolution du code Salamandre pourraient bien déclencher une traque sanguinaire …

Un roman que j’ai lu il y a très longtemps et que j’avais beaucoup aimé. Dans la veine du Da Vinci Code, le livre a un rythme haletant et on découvre certaines informations sur François Ier et sur l’architecture de châteaux faisant partis de notre patrimoine. Un livre que je recommande vraiment.

Résumé : Boston, 1865. Le corps décomposé de l’éminent juge Healey vient tout juste d’être découvert. L’horreur est à son comble, car il semblerait que le pauvre homme ait été dévoré vivant par des larves d’insectes. Quelques jours plus tard, c’est au tour du révérend Talbot de périr dans d’atroces souffrances. Deux faits divers qui ne tardent pas à intriguer les membres du  » Cercle des Amis de Dante « , un groupe d’intellectuels de Harvard se consacrant depuis peu à la traduction de La Divine Comédie. A leurs yeux, ces meurtres font explicitement référence à deux épisodes racontés dans l’œuvre du poète toscan. Reste à élucider quel être est assez machiavélique pour les mettre en pratique. D’autant que ce jeu aussi savant que sadique est loin d’être terminé…

Dans ce roman qui est dans ma PAL depuis quelques années, il ne s’agit pas d’une course contre la montre pour arrêter un tueur en ce servant de la symbolique des monuments ; mais ici par l’étude d’une oeuvre littéraire : La divine comédie de Dante. Les avis sont très partagés sur ce livre mais ça ne m’empêchera pas de le lire et je vous conseille de vous faire votre propre avis.

Section cinéma

Synopsis : Dean Corso est un chercheur de livres rares pour collectionneurs fortunés. Sa réputation lui vaut d’être engagé par un éminent bibliophile, féru de démonologie, Boris Balkan, qui lui demande de traquer les deux derniers exemplaires du légendaire manuel d’invocation satanique, « les Neuf Portes du royaume des ombres ». Corso relève le défi. De New York à Tolède, de Paris à Cintra, il s’enfonce dans un labyrinthe semé de pièges et de tentations. Il va peu à peu décrypter les énigmes du livre maudit et découvrir le véritable enjeu de sa mission.

Le film qui pour moi est le plus proche du livre de Jérémy Wulc, l’enquête de Dean Corso va le mener très loin dans le satanisme, comme certains protagonistes de 666. Un film que j’ai vu de nombreuses fois, dont certains aspects de compréhension m’échappent encore mais c’est vraiment un bon film.

Synopsis : Nicholas Van Orton, homme d’affaires avisé, reçoit le jour de son anniversaire un étrange cadeau que lui offre son frère Conrad. Il s’agit d’un jeu. Nicholas découvre peu à peu que les enjeux en sont très élevés, bien qu’il ne soit certain ni des règles, ni même de l’objectif réel. Il prend peu à peu conscience qu’il est manipulé jusque dans sa propre maison par des conspirateurs inconnus qui semblent vouloir faire voler sa vie en éclats.

Dans un registre un peu différent, The Game a sa place dans ces recommandations. Le personnage de Michael Douglas se fait offrir un jeu grandeur nature et va aller d’énigme en énigme afin de protéger sa vie et découvrir la finalité de ce jeu mortel.

2 commentaires sur “666

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :