Les folles enquêtes de Magritte et Georgette, tome 1 : Nom d’une pipe !

Auteur : Nadine Monfils

Éditeur : Robert Laffont 

Date de parution : Mai 2021

Nombre de pages : 312

EAN : 9782221250204

Où puis-je trouver ce livre ? : Amazon ; Bookeenstore ; Kobo ; Cultura

Résumé

C’était au temps où Bruxelles bruxellait…
À l’arrêt du tram, le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule, costume sombre et pipe au bec, a une vision étrange : une jeune femme en robe fleurie, debout à côté de son corps ! Il en parle à Georgette, son épouse, et immortalise la scène dans un tableau. Quelques jours plus tard, cette femme est retrouvée assassinée, avec une lettre d’amour parfumée dans son sac et un bouquet de lilas sous sa robe.

Ce que j’en pense

Qui ne connaît pas le grand peintre Magritte avec son célèbre tableau : Ceci n’est pas une pipe. Et bien voilà que l’autrice belge Nadine Monfils fait de sa femme et lui, nos deux détectives de cette histoire. C’est mon premier roman de l’auteur mais je la connais de nom à travers sa série Mémé Cornemuse, qui, de ce que j’ai pu lire est très drôle. Alors, c’est avec joie que je me suis littéralement jeté sur cette lecture.

L’auteur nous offre une enquête pleine de suspense. Tout commence lorsque René Magritte a la vision d’une femme debout à côté de son propre corps. Il n’a qu’une idée en tête en rentrant chez lui : en discuter avec son épouse et l’immortaliser sur toile. Quelques jours plus tard, le couple découvrira le visage de cette femme dans le journal, victime d’un meurtre. Magritte et Georgette pense que cette vision est un signe et qu’il faut qu’ils enquêtent sur ce meurtre. J’ai eu beaucoup de plaisir à suivre cette enquête. L’histoire se passant dans les années 60 (enfin c’est ce que j’en ai déduit), on est sur une enquête « à l’ancienne », où les seuls moyens d’avoir des preuves ou des infos, ce sont les interrogatoires de voisinages, de la famille, etc. et la culture générale. D’ailleurs, j’ai aimé la complémentarité des époux Magritte dans leurs réflexions, et surtout sur le fait que Georgette ait un esprit plus ouvert que son mari alors que pourtant c’est lui l’artiste.

J’ai trouvé très originale l’idée que l’auteur prenne des personnes célèbres pour en faire les héros de son livre. Nadine Monfils nous invite dans l’intimité du couple Magritte et je trouve que, même si c’est de la fiction, l’auteur le fait avec beaucoup de respect. Magritte et Georgette sont attendrissants, on voit que c’est un couple solide, vraiment complémentaire, qui s’aime comme au premier jour. Malgré les mœurs de Magritte, l’harmonie règne au sein de ce couple.

Nadine Monfils nous fait vivre un véritable voyage culturel : les références aux œuvres du peintre sont légions et c’est avec curiosité que je reposais mon livre pour aller admirer les tableaux de l’artiste. On découvre Bruxelles mais par extension la Belgique avec ses spécialités, son parler, son architecture, etc…

L’écriture est très fluide. On prend vraiment plaisir à lire ce livre grâce à son humour savamment distillé. Cet humour ne l’empêche pas d’aborder des thèmes parfois durs.

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cet ouvrage. Nadine Monfils nous livre un roman policier drôle, addictif, palpitant de bout en bout avec un couple de héros savoureux. Une belle réussite pour une histoire mettant en scène des personnages bien réels.

Un grand merci au site Babelio pour m’avoir donné l’occasion de lire ce livre.

On continue l’aventure !

Section littéraire

Résumé : Ancienne Marine en Irak, Kristin Arroyo découvre les affaires de son grand-père décédé – un célèbre portraitiste – des clichés inédits de Marilyn Monroe. Aidée par un photographe, elle décide de monter une exposition. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu : une mystérieuse organisation s’en prend à eux. Pourchasse traquée, la jeune femme va rapidement comprendre que son destin est lié à celui de Marilyn Monroe et s’efforcer d reconstituer les derniers jours de l’égérie hollywoodienne afin de percer le mystère qui entoure sa disparition.

J‘ai lu ce livre il y a trois ans et ça a été un véritable coup de cœur. Un thriller palpitant qui revient sur la disparition de l’icône Marilyn Monroe. On ne s’ennuie pas une seconde. On tourne les pages à une vitesse vertigineuse car on a très envie de découvrir le mystère qui entoure la mort de Marilyn. Je vous le conseille vivement.

Résumé : Windsor, printemps 2016. La reine Elizabeth II s’apprête à célébrer ses 90 ans et attend avec impatience la visite du couple Obama. Mais au lendemain d’une soirée dansante au château, un pianiste russe est découvert pendu dans le placard de sa chambre, quasiment nu. Shocking ! Quel scandale si la presse l’apprenait !
Lorsque les enquêteurs commencent à soupçonner son fidèle personnel d’être impliqué dans cette sordide affaire, Sa Majesté, persuadée qu’ils font fausse route, décide de prendre les choses en main. Mais être reine a ses inconvénients, et notamment celui de ne pas passer inaperçue. C’est donc Rozie Oshodi, sa secrétaire particulière adjointe, une brillante jeune femme d’origine nigériane, qui va l’aider à démêler ce sac de nœuds en toute discrétion… God save the Queen du cosy crime !

Quoi de mieux pour un cosy mystery que de mettre en scène la Reine Elisabeth II d’Angleterre. Et bien c’est fait, la voilà détective en compagnie de sa secrétaire personnelle. Je n’ai pas encore lu ce roman mais j’avoue qu’il me fait de l’oeil. Et je pense que ça doit être vraiment drôle et cocasse de voir la reine mener une enquête policière.

Section cinéma

Synopsis : Sous le règne de Napoléon, François Vidocq, le seul homme à s’être échappé des plus grands bagnes du pays, est une légende des bas-fonds parisiens. Laissé pour mort après sa dernière évasion spectaculaire, l’ex-bagnard essaye de se faire oublier sous les traits d’un simple commerçant. Son passé le rattrape pourtant, et, après avoir été accusé d’un meurtre qu’il n’a pas commis, il propose un marché au chef de la sûreté : il rejoint la police pour combattre la pègre, en échange de sa liberté. Malgré des résultats exceptionnels, il provoque l’hostilité de ses confrères policiers et la fureur de la pègre qui a mis sa tête à prix…

Ce film met en scène le policier célèbre Eugène-François Vidocq. Encore un film que je n’ai pas vu mais ce film m’a l’air nettement plus réussi que le film que le réalisateur Pitof nous avez livré, ne serait-ce que pour l’histoire qui me semble plus proche de la réalité historique.

Synopsis : Évocation de la vie de la reine d’origine autrichienne, épouse mal-aimée de Louis XVI, guillotinée en 1793.
Au sortir de l’adolescence, une jeune fille découvre un monde hostile et codifié, un univers frivole où chacun observe et juge l’autre sans aménité. Mariée à un homme maladroit qui la délaisse, elle est rapidement lassée par les devoirs de représentation qu’on lui impose. Elle s’évade dans l’ivresse de la fête et les plaisirs des sens pour réinventer un monde à elle. Y a-t-il un prix à payer à chercher le bonheur que certains vous refusent ?

Ce film est un véritable bonbon. La réalisatrice Sophia Coppola nous livre un version rock n’ roll de la vie de Marie-Antonnette. Kirsten Dunst est parfaite dans le rôle de cette reine trop jeune qui ne souhaite qu’une chose : profiter de la vie et de sa jeunesse. Un film incontournable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :