Chroniques des vampires, tome 1 : Entretien avec un vampire

Auteur : Anne Rice

Éditeur : Pocket

Date de parution : Juin 2004

Nombre de pages : 448

EAN : 9782266134859

Où puis-je trouver ce livre ? : Amazon ; Bookeenstore ; Kobo ; Cultura

Résumé

De nos jours, à La Nouvelle-Orléans, un jeune homme a été convoqué dans l’obscurité d’une chambre d’hôtel pour écouter la plus étrange histoire qui soit. Tandis que tourne le magnétophone, son mystérieux interlocuteur raconte sa vie, sa vie de vampire.

Ce que j’en pense

Avant toute chose, je souhaite remercier Elo du blog parlonsfiction.com pour m’avoir fait découvrir ce livre. En effet, il y a quelques années, je l’avais commencé mais abandonné en plein milieu car j’avais du mal rentrer dans l’histoire. L’ayant chroniqué sur son blog, Elo a carrément poussé un cri d’amour pour ce roman et cela m’a donné envie de lui redonner un chance. Quand est-il de cette relecture ? Voici mon avis.

La première chose qui m’a bluffé dans ce livre, c’est l’écriture d’Anne Rice. Je n’y avais pas forcément fait attention lors de ma première lecture car j’étais trop influencé par le film, ce qui avait rendu ma lecture fastidieuse. Cette fois-ci, je me suis complètement laissé envahir par la prose de l’auteure. Vous allez dire que je vais loin en comparant ce texte à de la prose. Et bien je vous répondrais que non ! Anne Rice a cette manière très poétique de décrire la Nouvelle Orléans du XVIIIème et XIXème siècle. Je me suis surpris plusieurs fois à avoir l’impression d’être un spectateur direct, de faire parti intégrante de la scène décrite sous mes yeux. C’est sûrement aussi dû au fait que le récit soit raconté à la première personne, ça aide vraiment à s’immerger dans l’histoire.

L’autre grande force de ce roman, c’est sa panoplie de personnages. Qu’on les aime ou qu’on les déteste, aucun nous laisse indifférent. Le personnage de Louis m’a particulièrement énervé au début du roman. Je peux comprendre son attachement au monde des vivants et surtout que Lestat n’est pas été un très bon mentor mais cette manière de passer son temps à se lamenter m’a vraiment insupporté. Ce n’est qu’à compter du moment où le personnage de Claudia va apparaître dans l’histoire, que le personnage de Louis va changer. Je l’ai trouvé plus apaisé et plus enclin à accepter sa condition de vampire. Alors Claudia ! C’est mon personnage préféré. On s’y attache facilement car nous la voyons grandir, ou devrais-je plutôt dire, mûrir au fur et à mesure que nous avançons dans l’histoire. C’est vraiment un personnage fort et qui m’a ému jusqu’à la fin. L’autre grand personnage c’est bien sûr Lestat. Alors, je suis mi figue mi raisin avec lui. Ce que j’aime chez lui c’est que c’est un vampire haut en couleur, extravagant mais en contrepartie je n’aime pas son côté égoïste. Après c’est un personnage qu’on aime détester, ce qui le rend, pour moi, plus charismatique que Louis.

Anne Rice a ainsi renouvelé le mythe des buveurs de sangLes créatures sont véritablement au centre du roman, ce qui les fait devenir beaucoup plus proche de nous lecteurs.  Le vampire est ici à la fois humanisé et sulfureux, il a des sentiments parfois contradictoires avec sa nature, n’a pas de tabous et est beaucoup plus libre.  Il a également un reflet et les croix ne le dérangent pas du tout, cependant ils ont toujours besoin de sang pour survivre. Le vampire perd alors son fondement manichéen et on s’intéresse plus à l’aspect psychologique de ce dernier. Tout en réinventant le mythe, elle ne s’en éloigne pas pour autant car l’auteur va même mener Louis et Claudia en Europe de l’Est, lorsque ces derniers seront à la recherche de leurs origines vampiriques.

Vous l’aurez compris, j’ai vraiment adoré ma lecture. C’est une redécouverte totale et j’ai vraiment apprécié cette écriture poétique. On reproche souvent à l’auteure de trop longues descriptions mais pour moi c’est ce qui a contribué à m’embarquer dans cet univers. Ce qui ressort généralement c’est que l’écriture d’Anne Rice, ça passe ou ça casse, et bien moi je vous réponds : lisez ce livre et faites vous votre propre avis.

L’adaptation cinématographique

Sorti au cinéma en 1994, Anne Rice signera elle-même le scénario du film. On retrouve dans les rôles principaux : Tom Cruise dans le rôle de Lestat; Brad Pitt dans le rôle de Louis; Kirsten Dunst dans le rôle de Claudia et Antonio Banderas dans le rôle d’Armand. Pour la petite anecdote, Anne Rice désapprouva le casting de Tom Cruise dans le rôle de Lestat, car pendant l’écriture du livre elle avait plus en tête l’acteur Rutger Hauer. Mais après avoir vu la prestation de Tom Cruise sur grand écran, elle lui écrira une lettre d’excuses. Effectivement, Tom Cruise mais aussi tous les autres acteurs du film crèvent l’écran et nous livre d’excellentes prestations.

Malgré quelques différences avec le livre et une fin quelque peu expéditive, le film est une excellente adaptation. En effet, le film garde les thématiques présentes dans le roman telles que l’homosexualité, le rapport à la religion, la frustration sexuelle, etc. et malgré ses thématiques « sensibles » pour l’époque, le film a finalement rencontré un beau succès et contribué à faire de ses acteurs de véritables stars. Mention spéciale à Kirsten Dunst (10 ans à l’époque) qui nous offre une excellente interprétation du personnage de Claudia.

On continue l’aventure !

Section littéraire

Résumé : Jonathan Harker, jeune et brillant clerc de notaire, se rend pour affaires dans les Carpates, où réside son client, le comte Dracula. Celui-ci se révèle un hôte chaleureux et prévenant, mais la curiosité incite Jonathan à pousser son exploration de l’immense château toujours un peu plus loin. À travers les lettres qu’il lui envoie presque chaque jour, Mina, sa jeune épouse restée à Londres, découvre qu’une effroyable réalité se tapit dans l’ombre de la légende…

Ce n’est pas l’œuvre fondatrice du mythe du vampire comme beaucoup le pense mais c’est la première qui mettra en avant un vampire avec une personnalité complexe. Personnellement, je n’ai pas aimé le livre dû à sa structure épistolaire mais j »ai aimé l’histoire que le livre propose. En tout cas c’est une œuvre qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie.

Résumé : Oskar a 12 ans, il vit seul avec sa mère au coeur d’une banlieue glacée de Stockholm. Il est martyrisé par trois adolescents de son collège. Eli a emménagé un soir dans l’appartement voisin. Un homme l’accompagnait. Elle sort le soir, semble ne craindre ni le froid ni la neige et exhale une odeur douceâtre et indéfinissable. Une magnifique et sanglante histoire d’amour et d’amitié entre deux êtres désespérément seuls et différents.

Ici point de vampire romantique mais une enfant vampire qui n’accepte pas réellement sa condition : aucune gloire mais énormément de solitude, de tristesse et une violence indispensable à la survie. Un roman qu’on m’a conseillé mais je vous avoue que je ne l’ai pas encore lu mais j’avais vu l’adaptation cinématographique américaine que j’avais plutôt bien aimé.

Section cinéma

Synopsis : Miriam est une femme-vampire née en Egypte il y a 4000 ans. Elle possède le don de l’immortalité et de la jeunesse. Elle vit désormais, à New York, avec son compagnon
John depuis 300 ans. John est alors frappé d’un processus accéléré de vieillissement. Afin de tenter de le sauver, Miriam rencontre la séduisante Sarah, docteur spécialiste des
mécanismes du vieillissement, sur laquelle elle jette son dévolu…

Un film qui aborde le romantisme du vampire et son besoin inconditionnel d’avoir un compagnon. Est-ce de l’amour ou juste un moyen de vaincre la solitude ? Ce film me fait de l’œil depuis un moment et j’avoue que je suis curieux de voir Catherine Deneuve en vampire.

Synopsis : Cinq vampires habitent en colocation à Limoges (Wellington en VO) : Aymeric (379 ans), Miguel (235 ans), Geoffroy (862 ans), Bernard (8000 ans) et JC (2 mois qu’il est vampire). Quelques mois avant « Le bal de la mort », un événement organisé tous les 13 ans, ils partagent, face à la caméra, leur condition de vampire et les problèmes sociaux que cela leur pose au XXIème siècle. Ces cinq vampires tentent de s’acclimater à leur époque sans pour autant avoir les bonnes réponses.

Dans Entretien avec un vampire, Louis nous raconte son histoire à travers les siècles mais il ne nous raconte pas comment il s’est adapté au monde moderne. Dans cette comédie loufoque, le réalisateur Taika Waititi tente de nous apporter une explication sur comment un vampire s’intégrerait dans notre société d’aujourd’hui à travers un faux documentaire.

6 commentaires sur “Chroniques des vampires, tome 1 : Entretien avec un vampire

Ajouter un commentaire

  1. bonjour, comment vas tu? je suis une grande fan de cette auteure que j’ai découverte avec ce roman. ça me fait plaisir de lire une revue dessus et me replonge dans mes souvenirs. passe un bon week end et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :