World War Web

Auteur : Johanna Zaïre

Éditeur : Auto-édition

Date de parution : Octobre 2019 (Réédition)

Nombre de pages : 454

EAN : 9781698818115

Résumé

Paris en 2035. Rebecca Barns est une jeune insurgée vivant dans la périphérie externe du nouveau Paris, qui est alors encerclé par de hauts murs de béton. À l’intérieur, une société modèle et harmonieuse à laquelle il faut obligatoirement adhérer, sans quoi c’est la mort assurée. Traqués par la milice du nouveau gouvernement, les rebelles vont se lancer dans une guerre contre une technologie révolutionnaire.

Ce que j’en pense

Johanna est une artiste complète que j’affectionne particulièrement. Elle écrit, chante, joue la comédie et peint également. Je lui avais promis lors de notre première rencontre que je chroniquerai ce livre. Promesse tenue plutôt deux fois qu’une Johanna, puisque je republie mon avis que j’avais écrit pour mon ancien site qui est aujourd’hui fermé.

Johanna a eu l’idée de ce roman, dans le métro, en voyant une pub pour une montre connectée. A partir de cela, elle construit une dystopie autour d’une montre connectée qui assujettie une partie de la population mondiale. Ce roman se trouve être une critique de la société de consommation. En effet, il nous faut toujours le dernier téléphone à la mode ou la dernière montre connectée, etc. Mais imaginez que ces appareils nous transforment en esclave. Ce thème n’est pas nouveau, Zola critiquait déjà la société de consommation dans son livre Au bonheurs des dames et pour ce qui est de l’esclavage par les objets, Stephen King transformait les accros du téléphone portable en zombies dans son livre Cellulaire

Johanna réussit son pari de transposer une dystopie en France. La dystopie est en genre littéraire plutôt américain, peu d’auteurs prennent le risque d’en écrire et de prendre la France comme lieu d’action. J’ai totalement adoré son univers parisien tel une forteresse et les banlieues décrites comme des no man’s land. La description que Johanna fait des différents lieux contribue à nous immerger dans son univers.

Les personnages sont un autre point fort du roman. La petite touche personnelle de Johanna, que l’on retrouve dans ses roman, est qu’elle donne à tous ses personnages des prénoms américains. Ca peut faire bizarre surtout que l’action se passe à Paris mais on s’y fait vite. On s’attache facilement à l’ensemble de ses personnages : Rebecca, l’héroïne, n’est pas mon personnage préféré même si c’est un personnage avec beaucoup de poigne, à l’instar d’une Katniss Everdeen. Mon personnage préféré reste Tyler. Il est assez énigmatique et oscille beaucoup entre le bien et le mal. J’ai beaucoup aimé toute la tendresse que Johanna a mis dans ce personnage mais aussi toute cette colère. Je vous laisse vous faire votre propre avis sur les personnages.

L’action est omniprésente dans ce roman et notamment grâce à une scène d’ouverture dans le commissariat de police assez haletante. Johanna a un style très cinématographique qui nous plonge directement dans l’action. On rit, on tremble, on a parfois le souffle coupé mais c’est un tel régal qu’on en redemande.

La lecture de ce roman est une bouffée d’oxygène. On ne peut qu’adorer ce livre. D’ailleurs je l’ai prêté plusieurs fois et tous ont adoré. Donc n’hésitez pas surtout que la version de 2019 est une réédition du roman d’origine avec quelques ajouts.

Clip musical

L’univers du livre ne s’arrête pas là puisque comme je vous le disais, Johanna est une grande artiste. Elle aime bien écrire des chansons en rapport avec ses livres. Pour son roman Sanatorium, Elle a écrit la chanson Fall asleep. Et bien pour World War Web, elle réitère et signe la chanson éponyme.

Le clip n’est pas une transposition du roman en images, il en reprend surtout l’esprit. Faisant parti d’un de ses plus grands admirateurs, j’ai eu la chance d’être invité à l’avant première du clip vidéo.

Le dernier projet lié à ce livre est l’adaptation du roman en Ciné-concert. Projet très ambitieux qui pour le moment est en stand-by en raison de la sortie prochaine de son premier album et la sortie récente de son roman/BD Nightmare, réalisé en collaboration avec son mari Thibault Colon de Franciosi. Mais Johanna reviendra vers nous quand le projet redémarrera. Je peux vous dire que ce qu’elle compte faire va être génial.

On continue l’aventure !

Section Littéraire

Résumé : Dans chaque district de Panem, une société reconstruite sur les ruines des États-Unis, deux adolescents sont choisis pour participer aux Hunger Games. La règle est simple : tuer ou se faire tuer. Celui qui remporte l’épreuve, le dernier survivant, assure la prospérité à son district pendant un an. Katniss et Peeta sont les « élus » du district numéro douze. Les voilà catapultés dans un décor violent, semé de pièges, où la nourriture est rationnée et, en plus, ils doivent remporter les votes de ceux qui les observent derrière leur télé… Alors que les candidats tombent comme des mouches, que les alliances se font et se défont, Peeta déclare sa flamme pour Katniss à l’antenne. La jeune fille avoue elle-aussi son amour. Calcul ? Idylle qui se conclura par la mort d’un des amants ? Un suicide ? Tout est possible, et surtout, tout est faussé au sein des Hunger Games…

C’est la première dystopie que j’ai lu de mémoire. Je l’ai lu bien évidemment à l’occasion de la sortie du premier film. De souvenir, j’avais bien aimé hormis quelques longueurs. J’ai largement préféré le deuxième tome. En tout cas, c’est de la très bonne dystopie.

Résumé : Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Galaad, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred,  » servante écarlate  » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. 

Je n’ai pas encore lu le livre (enfin si quelques pages mais je l’ai mis de côté pour lire d’autres livres) mais en revanche j’ai vu la série et j’adore. Cela reflète tellement certaines sociétés d’aujourd’hui, que s’en est effrayant car le livre date quand même des années 80…

Section Cinéma

Synopsis : Dans les années 2070, dans la citadelle de Libria, les émotions n’existent plus, supprimées par l’absorption quotidienne de Prozium. Cette drogue anti-anxiété rend les gens plus heureux et plus productifs. Les individus ont ainsi accepté de mettre de côté leur liberté pour vivre en harmonie avec leur dirigeant spirituel connu sous le nom de Père. Les personnes qui refusent de prendre leur dose sont considérées comme des rebelles et vivent en retrait de la ville. S’ils sont pris à jeun, c’est la peine de mort assurée. John Preston travaille au service de Père et applique la loi à la lettre. Un jour, celui-ci brise le flacon de sa dose et n’a pas le temps de s’en procurer une de rechange. Il est alors submergé par toute une gamme d’émotions. Victime d’un revirement spirituel qui le confronte à ses supérieurs hiérarchiques, il mène l’enquête sur ce nouvel état de vie.

Ce film dystopique n’est pas un film très connu mais pourtant il est très bon. Christian Bale est génial comme d’habitude, l’hitoire au top et les combats magistraux. Je vous le conseille fortement.

Synopsis : Au milieu du XXIe siècle. Lincoln Six Echo et Jordan Two Delta vivent, en compagnie de centaines d’autres personnes, dans une immense colonie souterraine où chaque mouvement est étroitement surveillé. Ils sont les survivants d’une catastrophe qui a ravagé la Terre et ne sont pas autorisés à quitter ce territoire confiné. Le seul autre endroit préservé du désastre est une île mystérieuse, sur laquelle ne peuvent se rendre que certains élus, tirés au sort par loterie tous les jours. Lincoln, comme les autres, souhaite avoir la chance de s’en aller un jour sur « l’île ». Mais des cauchemars récurrents le poussent à s’interroger sur la nature du monde…

Ce blockbuster de Michael Bay est absolument joussif. L’histoire réserve son lot de surprise dans ce monde où l’idéal est de gagner à la loterie pour aller vivre sur une île. Le couple Ewan McGregor et Scarlett Johansson fonctionne très bien et à l’aise dans les scènes d’action qui sont vraiment bien réussies.

4 commentaires sur “World War Web

Ajouter un commentaire

  1. J’aime bien la dystopie même si c’est vrai que, comme tu le soulignes, les dystopies françaises ne sont pas courantes… L’histoire a l’air vraiment immersive et cette critique de la société plus que pertinente vu l’état de notre monde. Le seul petit bémol pour la râleuse que je suis est d’avoir donné des prénoms américains aux personnages. C’est un peu dommage même si j’arrive à comprendre que ça peut être un moyen (ou pas) de dénoncer une société de consommation bien guidée par les principes ultra-libéraux des américains.
    En revanche, je suis complètement séduite par le clip musical et suis curieuse de voir ce que donnera l’adaptation du roman en Ciné-concert.

    Aimé par 1 personne

    1. Franchement si c’est juste les prénoms américains qui te gene, tente quand même l’aventure. Ca fait bizarre au début mais après on s’habitue et Ca ne gâche en rien la lecture. Le style est assez cinématographique donc on est réellement bien immergé dans l’histoire.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :